Top
Deux exploitations laitieres associees

Le mois dernier nous vous présentions l’interview de Mathieu, éleveurs de vaches laitières d’une exploitation familiale. Ce mois ci nous vous présentons l’association de deux exploitations laitières…

Pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour, j’ai 51 ans et mon associé aussi. Mes parents, mes grands parents et arrières-grands-parents étaient agriculteurs alors je crois que j’étais aussi destiné à faire ce métier. Après une formation technique, j’ai repris la ferme familiale. J’ai exploité pendant 25-30 ans en individuel et avec mon associé, nous avons finalement décidé de créer d’associer nos deux exploitations laitières.

Je suis marié avec 2 enfants et mon associé 3, mais malheureusement aucun de nos enfants ne souhaitent reprendre l’exploitation.

 

Vous nous parlez de votre associé pouvez-vous nous en dire plus sur votre projet ?

Au début nous avions chacun notre exploitation et nous nous sommes regroupés en nous focalisant uniquement sur la production laitière. L’idée est née il y a 10 ans, au vu du vieillissement de nos structures et de l’arrivée à la retraite de nos parents respectifs. Alors nous avions 2 possibilités : créer un projet ou arrêter la production de lait.

Nous avons regardé si économiquement et juridiquement, notre projet était viable. En 2009 nous avons donc créé cet atelier de toute pièce en associant nos deux exploitations laitières.

Nous avons souhaité un système confortable, peu chronophage et surtout performant de manière à pouvoir en vivre. Pour l’instant, nous sommes très satisfaits des résultats.

L’autre but de notre association nous permet de bénéficier d’un weekend sur 2 de libre, sauf cas exceptionnel. Nous avons tout de même mis 3 ans avant d’installer ce système. Nous voulions être bien dans nos bottes et trouver la bonne personne qui nous remplace.

 

Association de deux productions

 

Cela fait longtemps que vous êtes producteur de lait ?

Oui, cela fait déjà 32 ans, officiellement que je travaille dans l’exploitation laitière.

C’est très difficile de s’installer hors du cadre familial. Tout simplement parce que se sont des investissements lourds à long terme et avec une rentabilité très faible. Donc le retour sur investissement est très lent. Si vous n’avez pas un capital de départ suffisant et surtout une passion pour ce métier, il vaut mieux se tourner vers un autre secteur.

Je pense que tous les éleveurs vous le diront c’est vraiment un métier passion.

 

Combien de vaches comptez vous dans l’exploitation ?

Nous avons actuellement 130 vaches et nous produisons en moyenne 600 000 litres de lait par an. Il faut compter entre 5 et 6 heures de travail par jour entre les deux traites, une le matin et une le soir, nourrir les animaux et s’occuper de la maintenance lorsqu’une machine ne fonctionne plus par exemple.

Nous nous préoccupons du bien-être animal. Notre vache la plus vielle du troupeau a presque 12 ans, sachant qu’un an chez une vache correspond à 8 à 10 ans chez l’homme. Ce qui voudrait dire que notre vache est presque centenaire !

vaches de l exploitation

 

Quels sont les avantages de votre métier ?

En contre partie, nous avons des avantages que d’autres ne connaissent pas.

Regardez le temps aujourd’hui : il faut beau, le cadre de travail est sympa, nous sommes proche de la nature. Je n’ai aucun regret là-dessus. Les plus gros avantages que nous avons en travaillant dans nos exploitations laitières c’est la proximité, le contact avec la nature. L’entretien de la nature et de l’environnement est très important pour nous.

Mais par dessus tout, ce que j’aime le plus, c’est l’imprévu. Cela fait 32 ans que j’exerce et il n’y a pas un jour où je me suis ennuyé. Il y a même des jours où j’en ai un peu trop mais c’est aussi ce qui me plait. Je vous l’ai dit, c’est un métier passion, on ne compte pas.

Il ne faut pas oublier que nous travaillons quand même 60 heures par semaine. L’avantage c’est que nous sommes à 5 minutes du travail, sans bouchon ni transport. Sans stress, autre que celui de notre propre travail et puis finalement, nous sommes très individualistes. Nous ne sommes pas trop en contact avec les autres mais plutôt avec nos animaux et la nature.

Si dans notre métier, nous sommes souvent seuls, socialement, nous sommes bien intégrés dans les villages aux alentours.

 

Avantages de notre metier

 

Avez-vous des visites de temps en temps?

Oui, nous avons souvent des visites d’écoles parce que j’estime qu’apprendre aux jeunes ce qu’est une vache c’est important. Je veux leur faire comprendre que le lait vient d’une vache et pas d’une brique de supermarché hahaha !

Souvent, quand ils arrivent ils nous disent « ah, ça ne sent pas bon » mais quand ils repartent, ils ont oublié l’odeur et ils sont émerveillés. Et ça aussi c’est une satisfaction pour nous.

Un des regrets que j’aurai, si un jour notre exploitation s’arrête, c’est de ne pas avoir su transmettre ma passion à mes enfants. Ils ont souvent vu le côté sombre du métier, pas beaucoup de vacances, et beaucoup d’astreintes.

 

Avez-vous un conseil à donner aux jeunes qui voudraient se lancer dans le métier ?

« Aimer et serrer les dents ». Il faut aimer ce métier et surtout garder la passion. Il faut croire en l’avenir parce que c’est facile quand on a 20 ans. C’est un peu plus fatigant pour ceux qui en ont 30 de plus mais il faut croire en notre société.

 

Aimer son metier

 

Qu’est ce qui a changé depuis vos début ?

Je dirai, la pénibilité. Après 50 ans, notre corps n’a pas la même énergie qu’à 20 ans. Ce facteur est une des raisons pour lesquelles nous avons décidé d’associer nos deux exploitations laitières.

Pour finir, en tant que producteur, vous êtes plutôt bibeleskaes ou Yaourt ?

Hahaha… les deux finalement mais pourvu que ce soit de l’Alsace Lait !

 

Merci !